« Li Tgal Yddar » Ateliers sur les meilleures pratiques de redevabilité

« Li Tgal Yddar » Ateliers sur les meilleures pratiques de redevabilité

Comment demander les comptes à vos elus et elues? Dans le cadre du projet « Li Tgal Yddar » (https://www.facebook.com/litgalyddar/?fref=ts) la Fondation Heinrich Böll a organisé deux éditions d'un atelier sur la redevabilité, pour 60 jeunes participant/es de diverses régions du Maroc.

Les ateliers ont eu lieu le 19-20 Octobre 2015 à Chefchaouen et le 22-23 Octobre 2015 à Marrakech, avec, entre autres, la participation de la chercheuse allemande Dr. Eva Wegner (spécialiste sur le Proche-Orient, Hambourg), la députée communale de Berlin Paula Riester (Bündnis 90/Die Grünen-Alliance 90/Les Verts) et le chercheur en économie et sciences politiques Zouhair Ait Benhammou (Rabat-Paris, Université de Nanterre).

Dans le cadre des deux ateliers, les 60 jeunes citoyen(ne)s politiquement engagé(e)s ont d'abord eu l’opportunité des s’initier au concept de la redevabilité. En explorant en profondeur la notion, les groupes ont pris connaissance des défis intrinsèques de diverses approches pour appliquer la redevabilité a plusieurs niveaux, par exemple dans la gouvernance des villes et des régions. Ils ont également pu s'initier à quelques pratiques-modèle internationales, pour se familiariser avec le thème, comme par exemple les "fiches d’élu(e)s" (reporting cards) en Inde.

Dr. Eva Wegner a tracé en grandes lignes la notion de la redevabilité, soulignant que les fonctionnaires ou bien le gouvernement élu sont responsables devant les citoyens et les citoyennes de leurs décisions et actions. Ils/elles sont redevables de leur conduite, doivent respecter la loi et ne pas abuser de leurs pouvoirs. De même, ils/elles sont obligé(e)s par la loi de servir l’intérêt général de façon efficace, effective et juste. Concernant le phénomène de la désaffection des électeurs au Maroc, les discussions ont porté sur le clientélisme et l’insuffisance de la qualité des programmes des partis politiques au Maroc.

Zouhair Ait Benhammou  a présenté une analyse sur l’influence du vote sanction au Maroc et ses impacts sur les résultats des élections, expliquant les règles régissant les coalitions entre les partis politiques après les élections et leurs effets sur les résultats électoraux. Cet exposé a été conclu par une discussion sur l’impact du « printemps arabe » et de la réforme constitutionnelle sur les enjeux politiques au Maroc et l’effet des coalitions sur les résultats électoraux. La discussion a souligné le manque de connaissances par rapport aux codes qui régissent les coalitions politiques, l’effet du vote sanction dans la déstabilisation des résultats électoraux, et la nécessité d’une réforme de la loi électorale

Paula Riester, la représentante du parti « Bündnis 90/Die Grünen », a présenté un bref historique à propos du parti des verts allemands ainsi que les mécanismes auxquels il recourt pour établir un système pertinent de redevabilité. Les échanges et discussions suivant cette présentation ont porté sur les outils de redevabilité en Allemagne et particulièrement au sein du parti « Bündnis 90/Die Grünen ».

Un des buts des ateliers était l'élaboration d'avant-projets par des groupes de travail, visant à favoriser la pratique de la redevabilité au Maroc par le développement d’idées de projet. Les participant(e)s ont déclaré leur volonté d’appliquer concrètement leurs idées dans leurs régions, en misant sur l’engagement de la société civile pour que ces projets voient le jour; comptant aussi sur l’implication des politiciens dans le processus de redevabilité dans la perspective d’établir une confiance entre eux et les citoyen(e)s et l’obligation d’inviter les partis politiques aux débats sur le sujet et impliquer les politiciens dans la formation. Les jeunes ont demandé à promouvoir la pratique de la redevabilité en s’attardant sur les expériences réussies en la matière pour ancrer une nouvelle culture de redevabilité dans la société.

« Li Tgal Yddar » est un projet mené par la Fondation Heinrich Böll en partenariat avec l'Association Racines, visant à accompagner les élections marocaines, ainsi qu’à sensibiliser les citoyen(ne)s à leurs droits et obligations, en vue de promouvoir une culture politique démocratique, participative et responsable. Le projet est financé par le Ministère des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne.