La vie et l’œuvre de Heinrich Böll - une chronique

La vie et l’œuvre de Heinrich Böll - une chronique

La vie et l’œuvre de Heinrich Böll - une chronique

Heinrich Böll fut l'un les plus importants écrivains d'après-guerre. Nous rappelons les grandes périodes de sa vie, ses écrits et ses interventions.

Une grande partie des conditions dans lesquelles le lauréat du prix Nobel Heinrich Böll a écrit et vécu ont fondamentalement changé depuis sa mort en 1985. Mais ce qui donne à l'œuvre de Böll sa durabilité - au-delà des contingences d’une époque - et se trouve en même temps au centre de son œuvre narrative ou d’essayiste, c'est la revendication de l'autonomie, de la prise de parti libre et individuellement justifiée qui échappe aux schémas de pensée préformés. Pour Böll, la liberté commençait dans la tête. Avec les textes et les témoignages qui suivent, nous nous rappelons un grand artiste et intellectuel qui a gardé toute son actualité grâce à ses romans, ses récits et ses essais politiques.

1917 Heinrich Böll nait le 21 décembre à Cologne. Il est le sixième enfant du maître menuisier et sculpteur sur bois Viktor Böll et de sa femme Maria.

1928-1937 Collège d'état humaniste Kaiser Wilhelm à Cologne.

1937 Heinrich Böll passe son baccalauréat en mars et commence à la librairie Math. Lempertz de Bonn un apprentissage qu'il interrompt peu de temps après.

1938 En novembre, Heinrich Böll est enrôlé dans le service du travail obligatoire.

1939 En avril, Böll s'inscrit à l'université. À l’automne, il reçoit sa convocation au service militaire.

1940 Soldat d'occupation en Pologne et en France.

1941 Sentinelle en Allemagne.

1942 (mai) -1943 (octobre) Soldat d'occupation en France.

1943 (octobre) - 1944 (juillet) Soldat en Russie et en Hongrie.

1944 - 1945 Jusqu'à sa capture en avril 1945, missions et séjours en différents lieux d’Allemagne.

1945 Naissance et décès de son fils Christoph; Déménagement à Cologne.

1947 Naissance de son fils Raimund. Première publication, dans le « Rheinische Merkur » du 3 mai : la nouvelle Aus der Vorzeit.

1948 Naissance de son fils René.

1949 Premier contrat d'édition et première publication : Le train était à l'heure (« Der Zug war pünktlich »).

1950 Naissance de son fils Vincent. Böll travaille comme employé temporaire pour la ville de Cologne lors du recensement de 1950 ; il est assigné au recensement des bâtiments et logements (juin 1950 - avril 1951). Aux éditions Friedrich Middelhauve parait le volume de nouvelles La Mort de Lohengrin (« Wanderer, kommst du nach Spa... »).

1951 Première invitation à l’une des rencontres du «Groupe 47» dirigée par Hans Werner Richter à Bad Dürkheim. Böll reçoit le prix du groupe pour sa nouvelle satirique Les Moutons noirs (« Die schwarzen Schafe »). Le roman Où étais-tu, Adam ? (« Wo warst du, Adam? ») est sa dernière publication aux éditions Friedrich Middelhauve.

1952 Heinrich Böll passe à la maison d'édition Kiepenheuer & Witsch.

1952 Parution de la nouvelle Pas seulement à Noël (« Nicht nur zur Weihnachtszeit »).

1953 Premier roman publié chez Kiepenheuer : Rentrez chez vous, Bogner (« Und sagte kein einziges Wort »).

1954 La famille s’installe dans une maison en propriété à Cologne-Müngersdorf. Publication du roman Les Enfants des morts, (« Haus ohne Hüter »). Premier voyage en Irlande.

1955 Publication de Le Pain des jeunes années.

1957 Le Journal irlandais (« Irisches Tagebuch »), dont certaines parties avaient été prépubliées depuis 1954, est publié en recueil.

1958 Publication de Le Silence concentré du Dr Murke (« Dr. Murkes gesammeltes Schweigen ») et d'autres satires.

1959 Publication du roman Les Deux Sacrements (« Billard um halb Zehn »).

1963 Parution du roman La Grimace (« Ansichten eines Clowns »).

1966 Publication de la nouvelle Fin de mission (« Ende einer Dienstfahrt) » par Kiepenheuer et Witsch.

1967 Böll reçoit le prix Georg Büchner de l'Académie de langue et littérature allemande.

1970 Böll est élu président Centre PEN de la RFA. Lors du 1er Congrès de l’Union des écrivains allemands, Böll parle de l’unité des individualistes.

1971 Parution du roman Portrait de groupe avec Dame. Böll devient président du PEN International.

1972 Heinrich Böll reçoit le prix Nobel de littérature.

1974 Alexandre Soljenitsyne est expulsé en RFA et trouve un premier refuge dans la maison de Böll dans l'Eifel. Parution de la nouvelle L'honneur perdu de Katharina Blum, ou comment la violence peut naître et où elle peut conduire. (« Die verlorene Ehre der Katharina Blum oder : Wie Gewalt entstehen und wohin sie führen kann »).

1975 Rapports sur l'état d'esprit de la nation (« Berichte zur Gesinnung der Nation »).

1976 Annemarie et Heinrich Böll quittent l'église catholique. Avec Günter Grass et Carola Stern, il édite la revue L 76.

1977 Ingérence souhaitée. Écrits et discours sur l'époque. (« Einmischung erwünscht. Schriften und Reden zur Zeit »)

1981 Première grande manifestation pour la paix à Bonn. Böll y participe comme conférencier.

1982 La nouvelle de 1949 Le Testament (« Das Vermächtnis ») est publiée par les éditions Lamuv. Terrain miné (« Vermintes Gelände »), discours et essais, 1977-1981. La famille quitte l'appartement de la Hülchrather Straße et s’installe à proximité de Cologne, à Merten. Mort de son fils Raymond.

1983 La nouvelle de 1949, La Blessure (« Die Verwundung ») et d'autres textes inédits d'après-guerre sont publiés par Lamuv.

1984 Ein- und Zusprüche, recueil de discours et essais des années 1981-1983. Aux éditions Lamuv, Böll publie sous le titre Bild, Bonn, Breisach, un livre sur la carrière du porte-parole du gouvernement allemand de cette époque, Peter Breisach. La ville de Cologne acquiert les archives de Heinrich Böll.

1985 Heinrich Böll meurt le 16 juillet dans sa maison de Langenbroich, dans l'Eifel.

Le dernier roman achevé par Böll quelques semaines avant sa mort, Femmes devant un paysage fluvial (« Frauen vor Flußlandschaft »), est publié de manière posthume. Dans les dialogues et  monologues des personnages du roman, Böll déploie une vision aussi résignée que radicale de la République de Bonn.

(traduit par Bertrand Brouder, 2017)

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire