Etat d'urgence en vulnérabilité sociale
Publication

Etat d'urgence en vulnérabilité sociale

Intensification des inégalités et aggravation de l'exclusion
For free

Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire a produit des effets inégaux sur le tissu social.
Précarisé.e.s et souvent marginalisé.e.s, les migrant.e.s se retrouvent du jour au lendemain sans revenus et coupé.e.s des réseaux traditionnels de solidarité qui leur permettaient de (sur)vivre; les travailleur.e.s journalier.e.s, quand ils ne sont pas simplement privé.e.s de leur activité, sont limité.e.s tant dans leurs mouvements que dans leurs horaires de travail; les personnes en situation de handicap pénalisées par leur mobilité réduite; les sans-domicile-fixe érigés en catégorie à risque, et stabilisés dans des abris temporaires qu’ils ne peuvent que difficilement quitter pour gagner leur pain quotidien. Dans les quartiers les plus pauvres, les nouvelles règles d’occupation de l’espace public ont aussi bien limité l’activité économique - commerce, services, etc. - que les schémas d’accès à l’approvisionnement: des souks ont été fermés, d’autres ont vu leur personnel réduit.

Invisibilisées, ces catégories sociales n’ont de présence politique et médiatique qu’en termes génériques, et leur sont assignées des problèmes et des demandes génériques. Privées de porte-parolat ou d’une prise en charge de leurs revendications par les syndicats ou les médias, elles ne bénéficient que d’un plaidoyer associatif peu entendu au temps de l’état d’urgence sanitaire.

Si les nouvelles exigences sanitaires ont exercé le plus lourd de leur impact sur les couches sociales les plus fragiles dont l’activité dépend du dehors, leur incidence ne se limite pas à cela. Elles ont aussi amplifié les violences physique, morale et
symbolique s’exerçant sur les groupes et les individus les plus vulnérables, femmes en particulier. Les violences conjugales ont connu une expansion significative en raison du confinement, et les femmes se retrouvent écrasées sous le poids d’une plus grande charge physique et mentale, la répartition des tâches domestiques étant loin d’être équitable. Les ouvrières et les travailleuses saisonnières, ou celles exerçant dans des unités industrielles sont encore plus exposées à des violations du droit du travail ainsi qu’à un risque sanitaire accru.

Synthèse courte disponible ici.

التقرير باللفة العربية متوفر في هذا الرابط

Product details
Date of Publication
May 2020
Publisher
HBS
Number of Pages
26
Licence
Tous droits réservés
Language of publication
Français et Arab